2. introduction à la psychanalyse

 

S’orienter de l’inconscient

 

L’introduction à la psychanalyse s’adresse aux étudiants, médecins, psychologues, éducateurs, infirmiers, assistants sociaux et plus largement à tous ceux qui souhaitent s’initier à la clinique et à la théorie psychanalytique freudienne et lacanienne.

Elle permet un abord des notions fondamentales, et si elle constitue une formation moins approfondie que celle de l’Antenne proprement dite, elle peut permettre d’y accéder par la suite. La clinique analytique comporte plusieurs facettes : elle repose sur un fondement théorique ; elle implique une confrontation au concret de la clinique ; elle est une « clinique sous transfert » qui se construit loin de toute objectivation, dans la rencontre avec un sujet. C’est sur cet ensemble que se fonde cet enseignement.

 

Les cinq sessions de 3h chacune comprendront :

un cours d’introduction aux grands concepts psychanalytiques, d’1h30, laissant large place à la discussion ;

• une séance d’1h30 associant des cas cliniques des enseignants, des témoignages et des questions des participants sur leur pratique, (possibilité d’aide des enseignants).

La dernière séance sera suivie d’un après-midi de travail clinique et de discussion à partir de l’exposé d’une conversation d’un psychanalyste avec un patient adulte ou enfant (3h).

Des séquences vidéo pourront venir illustrer les problématiques exposées.

Les cours seront accessibles rapidement après les différentes sessions sur le site web de l’Antenne clinique.

 

S’ORIENTER DE L’INCONSCIENT

 

Comment s’orienter dans la clinique ? Cette question est au cœur de la pratique individuelle ou institutionnelle de nombreux professionnels de la santé mentale et du secteur médico- social et socio- éducatif.

Depuis Freud, le postulat de la psychanalyse, c’est qu’il y a un sujet de l’inconscient, rebelle aux pratiques qui voudraient normaliser les comportements et éradiquer les symptômes. S’orienter de l’inconscient, c’est prendre en compte la parole des sujets aux prises avec ce qui leur échappe, avec ce qui les contraint à répéter des comportements néfastes, des choix inexpliqués, des erreurs, et qui pourtant les fait souffrir. Mais c’est aussi tenir compte de ce que le sujet lui-même essaye de mettre en place pour traiter ses difficultés. L’inconscient freudien s’interprète, advient dans les rêves, les lapsus ou les actes manqués, manifestations d’un « vouloir-dire » inconscient qui se fait reconnaître en dehors de toute possibilité de contrôle du moi. Freud met à jour que ce dire inconscient s’origine d’un désir empêché, inhibé car refoulé, qui fait retour dans ces formations de l’inconscient et dans le symptôme. Cet inconscient, Lacan dit qu’il « est structuré comme un langage » ; il maintiendra cette formule pendant tout son enseignement.

Nous étudierons le rapport de l’inconscient au langage et au désir épinglé par lui comme « désir de l’Autre ». Par la suite, dans son Séminaire XI, Les 4 concepts fondamentaux de la psychanalyse, il souligne la conjonction essentielle de l’inconscient avec la pulsion et pose à nouveau la question de ce qu’est la sexualité dans l’inconscient. Le sujet répète ce qui est refoulé dans les formations de l’inconscient, mais au-delà de cette répétition signifiante se manifeste une autre répétition, celle d’une jouissance en excès qui prend corps dans le symptôme, jouissance au-delà du principe de plaisir, réel qui ne cesse de revenir au détour des accidents de la vie. Enfin, dans le Séminaire XX, Encore, il apporte un nouvel éclairage déterminant pour la clinique. L’inconscient est analysé « à partir du vouloir-jouir et non plus à partir du vouloir-dire ». Cette dernière définition de l’inconscient amène une autre façon d’appréhender le symptôme. Il en découle une autre orientation de la clinique à partir de l’usage qu’en fait le sujet.

C’est en nous appuyant sur les avancées théoriques et cliniques de Freud et de Lacan que nous montrerons, au travers des concepts et des cas cliniques, en quoi la pratique psychanalytique s’orientant de l’inconscient, en cabinet ou en institution, est pertinente pour prendre en compte les manifestations symptomatiques actuelles du malaise dans la civilisation.

 

Cartel d’enseignement :

Laetitia Billant-Bourdet, Gérard Dudognon, Jacques Michel, Maryvonne Michel, Maela Michel-Spiesser.

Cet enseignement m'intéresse , je m'inscris à la session 2023 

tarifs

Coût de la formation :

 

- Au titre de la formation permanente : 250€

- A titre individuel 120€

- Étudiants (moins de 26 ans) ans et chômeurs 60€