Cours théorique - Ce qui fait trauma

"L'état de stress post traumatique" est à la mode. Il fait des patients des victimes. La réponse singulière du sujet n'est pas interrogée. Pour le D.S.M., des critères sont exigés : rencontre avec l'évènement traumatique, vécu ou vu. Il a menacé l'intégrité physique et la réaction a été
une peur intense. Cet évènement est depuis constamment revécu.

Freud a très tôt parlé de la dimension traumatique de la sexualité. Il a mis en évidence la notion d'après-coup pour produire le symptôme. Posant le trauma comme vraiment vécu en début de son oeuvre, il ira vers la notion de fantasme, sans jamais abandonner totalement la théorie du traumatisme. La répétition des rêves traumatiques, "Au-delà du principe de plaisir" amène Freud à conceptualiser la pulsion de mort.

De la rencontre avec le Réel, Lacan dans son dernier enseignement, fera avec le trauma la marque qui itère : un signifiant commémore par sa répétition la trace originaire de jouissance dans le corps et l'institue comme marque. Ce "troumatisme" est celui d'une parole qui tourne autour d'un trou impossible à combler.

Voir Bibliographie.

Cartel d’enseignement : Armelle Guivarch, Maryvonne Michel, Maela Michel-Spiesser, Christine Rannou.