Présentation de l'année 2021

PROGRAMME DE L’INTRODUCTION A LA PSYCHANALYSE EN 2021

COMMENT LA PSYCHANALYSE TRAITE LE SYMPTÔME.

 

Dans les Institutions et les services de psychiatrie on nomme souvent « trouble » ce qui affecte une personne. Ce peut être le cas de quelqu’un qui entend des voix, ou qui a des phobies, qui a ce qu’on appelle des tocs ou qui souffre de somatisations de douleurs corporelles durables inexpliquées, ou encore d’un enfant qui ne répond pas aux normes socio-éducatives. Le trouble peut être considéré comme une anomalie, un dysfonctionnement biologique à supprimer par les médicaments. Dans d’autres cas, le trouble est considéré comme un symptôme qui comporte un sens à élucider. Il fait l’objet d'une psychothérapie par la parole associée parfois à des techniques plus spécialisées ou à un traitement médicamenteux. Les psychothérapies ont un effet thérapeutique.   


La différence essentielle entre le symptôme pour la psychanalyse et le symptôme pour les psychothérapies semble résider dans la place que l’on fait à la satisfaction, à la jouissance contenue dans le symptôme. Elle est mise au premier plan par Freud et Lacan et elle est la visée de la cure. Qu’en est-il pour les psychothérapies ? Qu’en est -il de la conception du traitement psychanalytique ?

 

L’objectif du cours de cette nouvelle année est d’expliciter comment la psychanalyse conçoit « ce trouble » , ce qui ne va pas ,  cette souffrance , ce qui se répète , ce qui vous échappe et est plus fort que soi.

Le « ce qui ne va pas » dont se plaint la personne est pour la psychanalyse un symptôme. Il se manifeste, il se répète, il résiste chez toutes les personnes à des degrés divers.

Certaines semblent s’en satisfaire, d’autres en souffrent et consultent mais personne n’y échappe car le symptôme est constitutif de l’être humain. Il est nécessaire de reconnaitre, de prendre en compte cette partie de nous-même qui au terme de l’analyse devient moins douloureuse, moins handicapante. Le symptôme du début s’épure pour en arriver à l’os du symptôme qui lui ne change pas.

 

Nous tenterons de répondre à ces deux questions essentielles : qu’est- ce qu’un symptôme pour la psychanalyse et comment la psychanalyse traite le symptôme lors des cinq sessions qui associent des cours théoriques, des cas cliniques et des extraits de film. Les cours se feront en présence, avec les mesures barrière comme cela a été fait lors de la dernière session à Brest, le samedi matin de 9Hà 12H.  Ils seront assurés par cinq enseignants.

Les participants recevront avant chaque session des documents préparatoires (références d’ouvrage, éléments essentiels du texte du cours) et après chaque session, le texte du cours complet leur sera remis sous la forme d’un cahier électronique.

Les participants seront invités à présenter des questions ou des cas de leur pratique professionnelle avec l’aide des enseignants. Comment la psychanalyse traite le symptôme ?

 

 1) Le 16 Janvier à Châteaulin : Qu’est-ce qu’un symptôme pour la psychanalyse ?  - Daniel Voirin

 - Clinique : exposé : "à propos du cas Katharina » -Annie Kerloc’h 

 - Extraits de film avec commentaire -Annie Kerloc’h - 

 - Commentaire du texte d’inhibition symptôme angoisse - Christine Rannou 

 

 2) Le 20 mars à Quimper : Les symptômes névrotiques et leur fonction -Marie-Paule Le Du.

 - L’hystérie moderne - Daniel Voirin 

 - Cas clinique d’un participant

 

3) Le 10 avril à Brest à l’université de médecine de Brest : Le statut particulier du symptôme dans la psychose. Quid dans l’Autisme ?   - Christine Rannou. 

 - Extraits de film avec commentaire.

 - Cas clinique d’un participant.  

 

4) Le 2 octobre Brest : De l’enfant symptôme au symptôme de l’enfant   - Maela Michel -Spiesser

- Cas clinique d’un enseignant portant sur un enfant : Marie Paule LE DU

- Extraits de film avec commentaire. 

 

5) Le 6 novembre à Quimper : Le partenaire symptôme -Annie Kerloc'h .

 - Extraits de film avec commentaire .

 - Travail préparatoire sur la présentation clinique   qui sera exposée par les participants avec l’aide des enseignants.

 

L’après-midi de la dernière séance est commun avec l’Antenne : étude approfondie de la présentation clinique travaillée en matinée.