Entretiens sur la pratique

Sans la clinique psychanalytique, c’est-à-dire sans la clinique produite par le dispositif analytique (conditionné par le désir de l’analyste), la théorie psychanalytique ne serait qu’une théorie parmi d’autres, sans possibilité de réelle mise à l’épreuve ; sans théorie et sans la rigueur
éthique qui la conditionne, la pratique analytique, dit Lacan, « ne saurait être que psychothérapie ». Sans l’expérience clinique, pas de transmission de la psychanalyse.

Dans son enseignement, Lacan ne perd jamais de vue la clinique : qu’il nous livre des cas de sa pratique ou qu’il commente la clinique de Freud et des analystes post-freudiens, c’est le plus souvent sous l’angle de la clinique qu’il aborde la littérature psychanalytique.

Il ne s’agira pas ici de rendre compte d’une pratique analytique mais, plus modestement, d’exposer les questionnements que chaque participant fait surgir de sa propre pratique (qu’il s’agisse de psychothérapie, de rééducation, etc.), pour les éclairer du point de vue qui est le nôtre : dégager la structure du cas, l’interprétation éventuelle, les effets attendus.

Les participants seront divisés en trois groupes, ce qui sera plus propice aux échanges et permettra un plus grand nombre d’exposés. Les participants s'incrivent en début d'année.

Les présentations devront être élaborées avec l’aide d’un enseignant-tuteur (les contacter) ; elles lui seront adressées de manière préalable et se feront de préférence sans notes pour être soumises à l’échange verbal. Elles feront par la suite l’objet d’un travail écrit, avec l’aide de l’enseignant.