clinique psychanalytique avec les enfants - 2022

Les enfants, les adolescents, les objets. Les objets occupent de plus en plus de place dans notre société dite « de consommation », objets auxquels les enfants et adolescents sont de plus en plus connectés.

Dès 1970, J. Lacan avait pris la mesure de cet envahissement du monde par de nouveaux objets apparus avec les progrès de la science : « Le monde est de plus en plus peuplé de [...] menus objets petit a que vous allezrencontrer en sortant sur le pavé à tous les coins de rue, derrière toutes les vitrines, dans ce foisonnement de ces objets faits pour causer votre désir, pour autant que c’est la science qui nous gouverne ».

Nous reviendrons sur les différents objets mis en valeur dans la psychanalyse :

- La bobine du petit-fils de Freud : quand sa mère s’absente, l’enfant jette la bobine attachée à une ficelle en nommant l’absence par un signifiant « Fort » (loin) et la fait revenir vers lui en disant « Da » (voilà), répétitivement. Freud décrit ce jeu comme une mise en scène et une nomination de la disparition et de la réapparition de sa mère.

- Lacan fera de cette « petite balle », un objet transitionnel, terme emprunté à D Winnicott. - L’ours en peluche, le doudou qui permettent à l’enfant de garder une réserve de libido.

- L’objet de concurrence « il est à toi ou il est à moi » qui permet de démêler l’identité de l’enfant de celle de l’autre, mais est aussi source de rivalité et de violence.

- L’objet a, inventé parJ. Lacan, objet perdu du fait du langage qui suscitera « une insatiable exigence » du sujet « pour sa récupération » et où viendront se loger des objets propres au fantasme de chacun.

- Les objets produits par l’alliance de la science et du capitalisme, objets qui saturent le désir, le relancent voire l’empêchent en ne lui laissant plus le temps de se constituer.

Objets pour jouir de voir, entendre, garder, manger mais aussi objets pour la jouissance sexuelle, sur le modèle du film pornographique « spectacle incessant et toujours disponible... avec ses conséquences dans les mœurs des jeunes générations, quant au style des relations sexuelles : désenchantement, brutalisation, banalisation ».

Un temps sera consacré à l’élaboration de cas cliniques proposés par les participants ou les intervenants, temps de construction et d’hypothèses sur les solutions élaborées par les enfants que nous rencontrons (en particulier en institution) pour traiter cette question de la jouissance qui, quand elle n’est pas civilisée par la relation à l’Autre, se manifeste dans les passages à l’acte.

 

Enseignement : Sophie Le Goff, Laurence Metz